Quand Navin Ramgoolam joue à l’amnésie