La récente requête de ne pas soumettre leurs avoirs à l’Icac est «justifiée» selon Paul Bérenger