[Sans détour] Le patriotisme timide des Mauriciens