«Ti sinwa»: d’ancien trafiquant à universitaire