Dans le secteur de la sécurité : le représentant du ministère du Travail parle d’«esclavage moderne»