Elles vendent des « gâteaux Marie » pour financer leurs projets sociaux en… douceur