[Audio] Amaury, le village «laissé pour compte» selon son président