[Vidéo] «C’était une vendetta politique, la cour m’a donné raison», dit Ramgoolam